"Les déceptions m'ont permis de me construire!"

Coralie CHABRIER

Si une chose est certaine, c'est que Coralie Chabrier n'est pas spectatrice! Tout au long de son parcours de basketteuse - à Lyon ou ailleurs - Coralie a mis tous les ingrédients qu'elle avait à sa disposition pour franchir les étapes qui se présentaient à elle. Une à une, elle a gravi les marches qui l'ont amenée au plus haut niveau, sans jamais céder au découragement ou, à l'inverse, à la facilité. 

 

Après 5 ans au Centre de Formation de Lyon, Coralie s'est envolée à Charnay pour devenir une joueuse de Ligue Féminine à part entière, le tout avec un premier contrat de basketteuse professionnelle de 2 ans. Une belle réussite pour la joueuse de 20 ans, qui s'est construite dès son plus jeune âge. C'est l'occasion pour nous de (re)découvrir son parcours qui démarre dans la Loire et nous emmènera dans des gymnases mais aussi sur les bancs de l'école.

Des débuts au fil de l'eau, entre Loire et Rhône

C'est donc dans la Loire que Coralie a vécu ses premières heures sur les parquets et, plus précisément, dans le club de Saint-Romain le Puy. C'est dans cette commune de 3 800 habitants qu'elle a découvert le basket et que ce sport est devenu une passion. Après 4 années passées sous les couleurs de son club d'origine, et avec sa maman dans le rôle de l'entraîneur, elle tourne une première page. Coralie va jouer à Saint-Chamond, club également ligérien, pour connaître les joies d'une première saison en U15 France. Suite au remaniement du championnat et après seulement une saison, elle prend la direction de Lyon et de la CTC Confluence pour faire sa deuxième année U15, toujours en championnat de France.

Pendant ces 2 années en championnat de France, Coralie n'est pas retenue dans l'effectif du Pôle Espoir mais, malgré cela, elle conserve l'ambition de poursuivre sa formation au plus haut niveau. Elle s'engage donc dans une série de tests et de détections pour entrer en Centre de Formation dans les clubs de Lyon, Bourges et Voiron. Suite à ses essais, et même si cela reste "une bonne surprise" de son propre aveu, Coralie intègre l'effectif du Centre de Formation de Lyon. Nous sommes en 2015 et c'est l'aube d'une belle aventure.

Coralie porte désormais les couleurs des lionnes et entame son parcours avec un titre de Champion de France U18. Le premier de son palmarès. Ses performances lui ouvriront les portes de l'équipe Espoir dès sa deuxième année. Dans cette catégorie, seule l'équipe championne de France Espoir joue en NF1 et, malheureusement, lors de sa deuxième année au Centre, l'équipe de Fred BERGER échoue seulement d'un petit point face aux championnes de France en titre, Nantes-Rézé... Une vraie déception pour Coralie qui se souvient également avoir laissé filer le titre en U18 et n'obtenir que le Bronze au Final Four. Une année blanche!

C'est une joueuse qui accorde également beaucoup d'importance à son projet scolaire et qui a réussi à le mener de front avec le basket de très belle manière. C'est une joueuse qui a la volonté d'être responsable sur et en dehors du terrain et qui y arrive!

"C'est une joueuse qui a connu une belle évolution pendant ses 5 ans au Centre de Formation d'un point de vue technique et personnel.  Elle a développé ses qualités et son leadership pour devenir une vraie meneuse de jeu.

La saison 2017/2018 débute donc avec une petite amertume mais aussi avec un bel esprit de revanche. Coralie, dernière année U18, va récupérer son bien avec l'aide de ses coéquipières et va reconquérir le titre de champion de France. La finale se joue à l'ombre du Rocher de Roquebrune, dans le Var, et vient conclure une série de 11 victoires consécutives. "Un très beau souvenir" pour Coralie qui termine avec un joli bilan de 2 titres de championne de France en 3 ans.

A lyon, ville de confluent, toujours entre deux eaux

"C'était très dense, on était en cours de 8 heures à midi au lycée Lumière et on prenait ensuite la direction de la salle Mado Bonnet où l'on s'entraînait de 12h15 à 13h30. On retournait ensuite au lycée où on mangeait en un quart d'heure pour reprendre les cours à 14 heures jusqu'à 18 heures (avec 2 heures de physique et 2 heures de maths...). Pour finir, on retournait à l'entraînement à 18h30. Et je ne me souviens même plus si j'avais un temps d'études en fin de journée! Ce dont je suis sûre, c'est que c'était la journée la plus chargée de la semaine..."

Le mot de Fred Berger

Chez les espoirs, en NF2, où Coralie joue en parallèle des matches U18 tous les week-ends, nos jeunes Lionnes atteignent la finale et vont donc pouvoir se confronter une nouvelle fois à leurs homologues de Nantes-Rézé qui représentent la dernière marche à gravir.  Cette année-là, l'histoire ne se répète pas et ce sont bien les lyonnaises qui ramènent le trophée entre Rhône et Saône. Une victoire synonyme de titre de championne de France espoir pour Coralie mais aussi de monter en NF1. Un objectif fixé en début de saison et désormais atteint par la bande de Fred Berger .

Membre à part entière des deux équipes du Centre de Formation, Coralie est également prise entre deux eaux dans sa vie quotidienne. Si on parle beaucoup de basket, elle n'oublie pas le lycée. C'est un élément important pour Coralie qui ne néglige pas cet aspect de sa formation. Elle se souvient d'ailleurs des séances de révision dans le minibus pendant les déplacements ou des journées du jeudi qu'elle qualifie de "marquantes"!

Le résultat est finalement très satisfaisant pour Coralie qui obtient son Bac avec une mention Assez Bien (elle aurait même pu obtenir une mention Bien à quelques centièmes près). Avec ce sésame, elle s'inscrit à l'Université Lyon I en licence STAPS.

Dans le sens du courant

La rentrée 2018 est ainsi un tournant pour Coralie qui dit au revoir au lycée Lumière et à son internat ainsi qu'à la catégorie U18. C'est aussi le retour à Lyon après un été difficile. Coralie n'a jamais eu la chance de porter le maillot bleu et une fois encore le sort s'est acharné avec une blessure qui l'a privée du championnat d'Europe avec l'équipe de France de 3x3. Malgré ce rendez-vous raté, celle qui estime "que les déceptions [lui] ont permis de [se] construire" continue de travailler et se fixe de nouveaux objectifs. Désormais sa vie se concentre autour des espoirs, de la fac mais aussi de l'équipe professionnelle avec qui elle s'entraîne régulièrement et où elle fera ses premières apparitions.

Le mot de Valéry Demory

"Coralie est une joueuse qui est dans la lignée des 4 ou 5 filles issues du centre de formation et qui ont signées en LFB ou en Ligue 2. La formation à Lyon est très bonne, on y retrouve des valeurs fortes avec des joueuses volontaires, vaillantes et avec une vraie éducation basket. Cela représente une vraie base sur laquelle s'appuyer et c'est ce qui rend le travail facile avec Fred Berger.

Comme je le disais, Coralie est à l'image de ces valeurs. Vaillante et volontaire, c'est une joueuse polyvalente sur le poste 1 et le poste 2. C'est également une fille intelligente qui sait ce qu'elle veut et qui ne lâche rien. Elle est d'ailleurs capable de bien défendre. Très à l'écoute, elle comprend très vite et dispose de vraies qualités de scoreuse.

 

Si Lyon était un club moins ambitieux qui jouait le milieu de tableau, elle ferait sans aucun doute partie de l'effectif. Mais la réalité est ce qu'elle est... Je pense que c'est une bonne chose qu'elle termine sa formation dans un club de Ligue comme Charnay. Je sais qu'elle continuera à progresser et, qui sait, elle reviendra peut-être chez nous!"

Toujours capable de maintenir le cap, Coralie a toujours été focus sur ses objectifs malgré les difficultés rencontrées durant son parcours. Tout cela montre sa volonté et son ambition de réussir. 

Elle aime la compétition et son nouveau projet à Charnay va lui permettre d'aller chercher de nouvelles étapes dans sa progression et de se développer encore dans son rôle de meneuse de jeu.

 

Au final, ça a été un vrai plaisir de travailler avec Coralie et sa famille qui a su la soutenir tout en restant à sa place durant ces 5 dernières saisons. C'est également une fierté d'avoir participé à sa réussite et je lui souhaite le meilleur pour la suite de son parcours."

Cette saison s'achèvera d'ailleurs en apothéose avec un nouveau titre de championne de France Espoir, le titre de meilleure jeune joueuse du championnat de NF1 et, pour couronner le tout, le titre de championne de France avec les pros!

"J'ai vécu ça comme une récompense de tout le travail accompli. On était plusieurs joueuses du Centre de Formation à avoir passé l'année avec les pros, à participer aux entraînements et cela s'est concrétisé en finale avec le titre. Je me souviens de la salle, du bruit. C'était un feu d'artifice! Quand on connaît le dénouemment, on ne peut pas regretter les deux défaites à Montpellier..."

Ce titre avec les pros a également été synonyme de qualification en Euroligue, la plus prestigieuse compétition européenne. Une aventure à laquelle Coralie a également participé cette saison (2019/2020) en jouant 8 matches, notamment à Sopron. "Sur ce match, j'ai du temps de jeu et je saisis la chance qui m'est offerte. Je marque et je garde un bon souvenir de cette rencontre; ça m'a prouvé que j'étais capable de prendre mes responsabilités et que je pouvais jouer au plus haut niveau."

Malheureusement, en raison de l'épidémie, la saison a été interrompue et restera inachevée. Cela a enlevé à Coralie et à ses coéquipières la possibilité de défendre ses titres en espoir et avec l'équipe professionnelle. "C'est difficile parce que, même si je ne remets pas en cause cette décision, je ne termine pas ma période au Centre de Formation comme je l'avais imaginé... J'ai l'impression de partir par la petite porte."

Malgré tout, elle porte un regard juste sur son expérience au Centre de Formation et prend du recul sur tout ce qu'elle a traversé. "C'est vrai que parfois c'est difficile. Tu peux te demander ce que tu fais là, loin de ta famille ou de tes amis, et que tu passes du basket aux études et des études au basket. Tu peux te faire engueuler, tu peux pleurer mais c'est ce qui t'apprend à aller de l'avant et à faire des sacrifices pour faire ce que tu aimes. Ce qui compte, c'est de toujours avoir de nouveaux objectifs. Une chose que j'ai retenue c'est que dès que tu gagnes un petit quelque chose, il se dresse un nouveau mur devant toi! "

Et maintenant, remonter la Saône

En remontant la Saône, Coralie va rejoindre le club de Charnay Basket Bourgogne Sud et retrouver une ancienne pensionnaire du Centre de Formation, Prescilla Lezin. "Je suis contente parce que Charnay est un club de Ligue Féminine qui est convivial et qui reste proche de ma famille. C'est une super occasion pour moi et je vais saisir la chance qui m'est offerte de m'exprimer!" Ce nouveau challenge ravit Coralie qui a hâte de retrouver les parquets et d'écrire un nouveau chapitre de sa carrière. Cependant, elle n'oublie pas l'école! Après avoir réalisé un parcours sans faute lors de ses deux premières années à l'Université, Coralie souhaite obtenir sa licence. Un objectif réaliste pour celle qui est dans le rythme d'un double projet depuis 5 ans.

 

Enfin, en conclusion de notre entretien, la capitaine montre qu'elle reste soucieuse de ses coéquipières ainsi que des joueuses qui vont lui succéder. C'est l'occasion pour Coralie de leur glisser quelques petits conseils: "Soyez forte ! Optimisez chaque instant. Faites tout ce que vous pouvez dès que vous le pouvez parce que vous gagnerez du temps et c'est quelque chose de précieux. N'oubliez pas de prendre du plaisir également parce qu'il n'y rien de pire que de jouer par contrainte. Mais vraiment, j'insiste: SOYEZ FORTES !"