"Ne pas avoir peur de rêver"

Coline FRANCHELIN

 

Nous entamons notre nouvelle série d'interviews avec l'ancienne capitaine du Centre de Formation Coline FRANCHELIN. Pur produit de l'école de basket du FC Lyon ASVEL Féminin où elle a débuté, c'était une évidence de lui consacrer le N°1 de cette série ! Petit échange entre amis donc pour cette première séquence...

Bonjour Coline, tout d’abord, comment vas-tu ?

 

Bonjour, tout va bien pour moi malgré cette période assez particulière que nous traversons tous.

Je suis rentrée sur Lyon, chez mes parents, et j’essaye d’occuper mes journées au maximum entre le travail, les séances de sport et séries… Malgré le fait que le basket, me manque j’essaye en effet de travailler sur d’autres aspects et notamment la condition physique.

Tu as passé de nombreuses années à Lyon, quel serait ton Top 3 de tes meilleurs souvenirs ?

 

Effectivement j’ai passé 12 ans à Lyon dont mes 5 dernières années au CDF, des années vraiment mémorables.

Pour ce qui est de mon Top 3, je dirais:

- Le titre de Coupe de France U17 à Carpentier pour ma première année au Centre de Formation.

- Le titre Espoirs LFB/LF2 contre Nantes avec un Mado Bonnet rempli lors de ma 4ème année.

- Le titre de Champion de France LFB avec les pros la saison passée.

Quels liens as-tu conservé avec le club lyonnais ?

 

Un club qui me marquera à jamais où j’ai pu progresser et évoluer en tant que personne et joueuse. Ça restera pour toujours mon club de cœur, d’une part parce que je suis lyonnaise mais aussi car c’est ici à Lyon que j’ai été formée et où j’ai connu mes premières minutes durant un match professionnel.

Certes, je suis partie, mais je garde toujours un œil sur les performances du club que ce soit sur la section amateur, le centre de formation ou les pros.

Sans oublier bien évidemment certaines de mes anciennes coéquipières avec qui j’ai tissé des liens lors de ces années et qui font parties de mon cercle d’amies proches.

Comment s’est passé ton intégration à Reims ?

 

Elle s’est passée de la meilleure des manières. Avec des coéquipières qui m’ont épaulée durant mes débuts professionnels. Le staff et les dirigeants m’ont tout de suite mise à l’aise dans le projet tout comme les nombreux bénévoles attentionnés qui nous ont soutenus tout au long de cette saison.

J’ai réussi à être moi-même et je pense qu’il n’y a pas mieux pour pouvoir par la suite performer sur le terrain et être épanouie.

Si tu avais à faire un premier bilan, quel serait-il ?

 

Malgré une saison finie brusquement, à titre collectif nous étions dans nos objectifs annoncés en début d’année (Top 4, avoir le meilleur classement possible pour les play-offs), nous avons terminé le championnat 1ere ex aequo avec Aulnoye.

A titre individuel, j’ai réussi à m’intégrer dans le plan de jeu du Julien (mon coach) et ainsi pouvoir apporter et performer au sein de l’équipe. Pour résumer je suis satisfaite de cette première saison même si malheureusement elle a un goût d’inachevé…

Quels sont tes objectifs ?

 

Mes objectifs sont de continuer à prendre du plaisir à jouer au basket, et bien sûr progresser encore et encore pour atteindre mon plus haut niveau.

Tu poursuis tes études en parallèle de ta carrière, est-ce un équilibre pour toi ?

 

Tout à fait, on peut parler d’équilibre. J’ai toujours eu l’habitude d’avoir le basket et les études en même temps. Et je me suis rendue compte que l’école m’apportait à la fois une stabilité psychologique mais aussi sociale, changer de cadre voir autre chose que le basket est indispensable.

Quels conseils pourrais-tu donner aux joueuses qui souhaitent intégrer le centre de formation de Lyon ?

 

Le premier conseil que je peux leur donner est de toujours avoir en tête les raisons de pourquoi on joue au basket, pourquoi on se rend tous les jours au gymnase…  Effectivement, le plaisir est un aspect important pour atteindre les objectifs que l’on se fixe. Sans oublier l’aspect « travail » tant scolaire que sportif, il faut savoir gérer son double projet.

Et puis, ça fait un peu bateau mais il faut toujours croire en ses rêves, ne pas avoir peur de rêver, pour que ses rêves deviennent réalité.

Le mot de la fin ?

 

Je remercie le club pour cette interview, et n’oubliez pas, respectons les consignes, « restons chez nous », pour combattre le Covid19 et au plaisir de se retrouver sur les parquets.

Le Bonus

 

Découvrez ci-contre le reportage de France 3 Champagne-Ardennes sur Coline...

 

Un grand merci à elle pour avoir joué le jeu et s'être prêtée à ce petit questions/réponses sans oublier sa complicité pour illustrer cette interview!